IMPORTER UNE FIAT 126 POLONAISE. LE RETOUR EN FRANCE.

Par défaut

Arrivés en Pologne, nous avons été royalement accueillis par les beaux-parents du copain.

Mille mercis à eux.

Premier contact avec la voiture. Dans l’atelier du beau-père.
g0010405-1

Premières impressions, c’est petit, très petit et marrant.

L’itinéraire.
Première étape à Paris avant de la descendre définitivement dans le Sud-ouest.
itinéraire

Achat de quelques outils et victuailles et hop on prend la route.
On croise les doigts pour que la voiture tienne 1 400 Kilomètres jusqu’à Paris.
Le moteur tourne rond.

La prise en main est rapide et simple.
Petit détail qui n’échappe pas à notre hôte, lui-même propriétaire d’une 126 pendant 10 ans, la courroie d’accessoires est usée et détendue.
Il offre une courroie neuve, à emporter pour le trajet.

Premiers tours de roue, on quitte la pologne. Autoroute direction l’Allemagne.

g0010405.jpg

Aucun problème, tout est nickel.
Nous sommes tous deux agréablement surpris par l’habitabilité d’une si petite voiture. Allonger entièrement les jambes est possible.
La tenue de route est bonne.
L’intérieur sympa nous propose un voyage dans le temps. Retour en enfance, dans la vieille voiture d’un oncle. Ca sent l’ancien, la 2cv, le « tracteur ».

Pause-café, contrôle du moteur. RAS

img_2832

Kilomètre 600. L’échappement ronfle légèrement.
On s’arrête. Il manque un écrou au niveau d’un des collecteurs. Il s’est dévissé sous l’effet des vibrations ou a cassé car trop serré et dilaté par la chaleur.
IMG_2836
Le pot d’échappement a été changé juste avant la vente.

On quitte l’autoroute à la recherche d’un magasin de bricolage, en l’espèce d’un « PRAKTIKER ».
Le gps du smartphone nous guide jusqu’à l’adresse du magasin qui n’existe pas !
Une surprise de taille, cette enseigne s’y trouve à la place :
IMG_2839

Un mécanicien allemand nous suit à l’extérieur, il ne parle ni anglais ni français. Il faut lui montrer l’écrou manquant. Il revient après quelques secondes avec une clef de 13, écrou-rondelle, et les fixe.
Une poignée de main en remerciement. Il appelle ses collègues qui nous regardent partir, amusés par une si petite voiture.

Nous reprenons la route sereins.

Deux heures plus tard, nouveau bruit d’échappement. Il manque un écrou au niveau de l’autre collecteur, l’un des supports de pot est cassé.
Nous décidons de rejoindre la ville la plus proche, après avoir « ligaturé » ce que nous pouvions avec du fil de fer.
Le pot ne tiendra pas jusque là.
Le tube reliant le collecteur au silencieux casse net au niveau du coude situé au plus proche du silencieux.

Le pot a, à mon avis, été serré sur les supports et pas bien ajusté au niveau des collecteurs. La tension existant entre les deux a provoqué la casse.

IMG_20150308_161627

Nous entrons dans GIESSEN en échappement libre !
Il est tard, et tout est fermé. Nous décidons de tourner le dos aux problèmes pour un temps.
Sortons le barbecue.
DCIM100GOPROGOPR0416.

Il nous reste 700 kilomètres, on les fera comme ça en échappement libre. Sur autoroute ça n’est pas trop bruyant, les gens ne se retournent pas sur nous.

Un petit bricolage pour maintenir le capot moteur entrouvert, de peur que les gaz d’échappements rejetés dans le bloc moteur ne fassent pas trop monter la température de l’ensemble.

DCIM100GOPROGOPR0437.DCIM100GOPROGOPR0438.

Traversée de la Belgique, puis arrivée en France.

IMG_2841

Un dernier coup de collier et on arrive à bon port.

La maluch est en Région Parisienne après 1 400 Kilomètres.

Un nouveau pot d’échappement est monté par mes soins après commande sur un site polonais. Prix du pot et des supports : 11 euros.

Très bon tutoriel :

http://www.dolcevita500.com/catalogue/page11.html

Publicités